Régiments d'infanterie durant 14/18, N°150 à 176

Historiques des régiments d’infanterie 1914 1918

  

Mise à jour : Avril 2024

#Chtimiste sur Twitter

Un régiment en 1914, c’est quoi ?

Signaler une erreur ou omission sur cette page

Essayer de retrouver une photo d’un ancêtre soldat

 

 

En août 1914, l'infanterie de l'armée française d'active compte 173 régiments d'infanterie d’active, les régiments après le 173e furent donc créés à partir de 1915.

 

 

Choisissez le N° du régiment recherché :

150 à 160    160 à 170    170 à 173    +173

 

150ème régiment d’infanterie dit : régiment « Bagatelle Argonne »

En 1914, son casernement ou lieu de regroupement est Saint-Mihiel. Il fait partie de la 80e brigade d’infanterie, 40e division d’infanterie, 6e corps d’armée. Constitution en 1914 : 3 bataillons. A la 40e D.I. d’août 1914 à nov. 1918.

 

1914 :

Lorraine (fin août) : Norroy-le-Sec, Joppécourt, Ville-au-Montois, Fillières, Mercy-le-Haut (22/08), Higny, Duzey, Nouillonpont (24/08), le Mort Homme.

Retraite et prélude à la bataille de la Marne : Ablaincourt, Rembercourt-aux-Pots, La Vau Marie (sept.) puis La Croix sur Meuse.

Secteur de Saint-Mihiel : Lamorville, bois de la Selouse (20-24/09), Côte Ste Marie (oct.).

1915 :

Argonne : bois de la Gruerie (janv.-mai) : Bagatelle, tranchée du Bec de Poule (29/01), boyau Sarrola (mars) puis Four de Paris, St Thomas, Bagatelle (mai-août).

Champagne (sept.- déc.) : nord de Saint Hilaire-le-Grand, saillant E (25-30 sept.), épine de Védegrange (oct.).

1916 :

Champagne (fév.) : Tahure puis Bataille de Verdun : Mort-Homme (mars-avril), ouvrage du Trapèze, Cumières puis de nouveau le Mort-Homme (mai).

Bois d’Ailly : secteur de Saint-Mihiel (juil.) puis Badonviller.

Bataille de la Somme (oct.-nov.) : Rancourt, Sailly-Saillisel (oct.), tranchée Négotin (03/10), bois de Saint Pierre-Vaast (4/10), tranchées de Teplitz et de Berlin (07/10), Sailly-Saillisel.

1917 :

Champagne (janv.) : Ville-sur-Tourbe puis cote 108, Sapigneul (avril) puis Berry-au-Bac (mai). Verdun (juil.- août) : Vaux, Haudromont, Beaumont, bois des Fosses.

À l’est de Pont à Mousson : forêt de Facq (oct.-déc).

1918 :

Est de Pont à Mousson (janv.-mai) : forêt de Facq puis Marne (juin) : Champlat, Bois de Bonval, Romigny, cote 250 puis même secteur (juil.) : bois de la Cohette, La Fortelle, bois Rodemat pertes : 700 h.

Secteur de Nancy (août) : forêt de Champenoux puis Ardennes (nov.) : Quatres-Champs, Noirval, Condé les Vouziers, Vandy.

Carnets de guerre de soldats du 150ème régiment d’infanterie :

Carnet de campagne d’Augustin ROBIQUET, soldat du 150e RI.

 

Lire le carnet de guerre de Victor LUCAS du 150e RI.

151ème régiment d’infanterie

En 1914, son casernement ou lieu de regroupement est Verdun. Il fait partie de la 84e brigade d’infanterie, 42e division d’infanterie, 6e corps d’armée. A la 42e D.I. d’août 1914 à déc.1916 puis à la 69e D.I. jusqu’en nov. 1918. Constitution en 1914 : 3 bataillons.

 

1914 :

Marchéville, Pintheville, Riaville (début août), combat de Pierrepont (22/08) : pertes : 800 hommes

Secteur de Reims (fin août) puis bataille de la Marne (6–13 sept.) : Soizy-aux-Bois et Villeneuve-lès-Charleville, Corfélix, Les Culots (6-8 sept.) : pertes : 600 hommes.

Secteur de la Fère-Champenoise : moulin de Connantre, Connantray, Villeseneux (11/09), Sillery.

Bataille des Flandres (oct.- nov.) : Nieuport, Dixmude, Steenstraate, Lizerne, Zillebecke .

1915 :

Opérations en Argonne (jan.-sept.) : La Harazée, Vienne-le-Château puis La Gruerie, Four de Paris, Fontaine-aux-Charmes puis bataille de Champagne : Aubérive (sept.-déc.).

1916 :

Bataille de Verdun : Carrières d'Haudromont, bois Navé (mars), Mort-Homme (avril-mai).

Bataille de la Somme (sept.-nov.) : Rancourt puis bois de Saint-Pierre-Waast.

1917 :

Aisne (début 17) : Le Choléra, Berry-au-Bac, Sapigneul.

Le 16 avril, au moment d’attaquer, 6 soldats abandonnent ensemble leur poste devant l’ennemi, 5 seront condamnés à mort (et graciés), le même jour 15 autres « abandons de poste devant l’ennemi » se produisent mais de façon individuelle (Guy Pedroncini -Les mutineries de 1917 éditions PUF).

Attaque sur secteur de la ferme du Choléra (avril) : pertes : 700 h.

Verdun : bois des Caurières, les Chambrettes (juil.), Bois le Chaume, ouvrage du Lama (août), bois des Fosses (sept.).

1918 :

Lorraine (jan.-mai) : Flirey, Limey, Remenauville puis Oise : Gournay sur Aronde, bois Ressors (9-12 juin) : pertes : 600 hommes

Aisne : Saconin, Vauxbuin, Crouy, faubourgs de Soissons (août), cimetière de Crouy : pertes : 800 hommes

Laffaux (5 sept.) Lorraine (sept.-oct.) : Ste Geneviève, signal de Xon, Bouxiéres-aux-Chênes.

Carnets de guerre de soldats du 151ème régiment d’infanterie :

Journal de guerre de Charles SALOMON, caporal aux 151e et 72e RI

 

Carnet de route de Paul MADEUX, caporal aux 171e, puis 151e régiments d’infanterie

 

Mémoires et souvenirs de Charles BORDINAT du 151e régiment d’infanterie

152ème régiment d’infanterie dit : « régiment du diable » et « Les diables Rouges »

En 1914, son casernement ou lieu de regroupement est Gérardmer, Bruyères. Il fait partie de la 81e brigade d’infanterie, 41e division d’infanterie, 7e corps d’armée. A la 41e D.I. d’août 1914 à déc. 1914, puis à la 66e D.I. jusqu’en nov. 1916, puis à la 164e D.I. jusqu’en nov. 1918. Constitution en 1914 : 3 bataillons.

 

1914 :

Opérations d'Alsace : vers Mulhouse, Sulzern, Munster (17/08), Le Grand Hohneck, Les trois Épis, Munster, Wihr-au-Val (02/09), Soultzeren, Soultzbach.

Vosges (sept.-déc.) : massif de l’Ormont, Fraize (bois Saint-Mandray), attaque du Spitzberg (sept.) : pertes : 600 hommes.

Attaque de Steinbach (déc.) : pertes : 700 h. D’oct. à déc., 1800 hommes du 115ème régiment d’infanterie territoriale, volontaires et hommes des plus jeunes classes, intègrent les 149e et 152e RI.

1915 :

Vosges : Chapelle Saint-Antoine, Steinbach  (déc14-avril 15), Hartmannswillerkopf (mars, puis avril), Hilsenfirst (sept.-nov.).

Combats du Hartmannswillerkopf (fin déc.) : le régiment est presque anéanti (pertes : environ 2000h.).

1916 :

Vosges (jan.-mars) : Sihl, Steinbach, Colardelle, Hartmannswillerkopf.

Bataille de la Somme (juil.-sept.) : Route Cléry-Maurepas, Cléry, tranchées de la Wezer, de la Terline et de Fryatt.

Somme : Sailly-Saillisel  (oct.) : pertes : 1000 h.    

1917 :

Vosges (jan.-avril) : Dannemarie, Buettwiller puis Aisne (mai) : attaque du plateau des Casemates, le Talus (22 mai), défense de la ferme d’Hurtebise (juin).

Le 24 juin, à Hurtebise, 45 soldats se cachent dans une creute au moment où leur régiment va attaquer, 32 seront déférés en conseil de guerre qui accorde 31 circonstances atténuantes, 12 sursis et une condamnation à mort (commuée en travaux forcés à perpétuité) et 5 ans de travaux publics aux autres (Guy Pedroncini -Les mutineries de 1917 éditions PUF).

Prise de la Creute du Dragon (24-25 juin), plateau de Craonne (19-25 juil.), secteur de Reims (août-oct.) puis Verdun (nov.-déc.) : Bezonvaux.

1918 :

Lorraine (jan.-juin) : Lunéville puis Nord-Ouest de Château-Thierry, bois des Bonnes, bois de Belleau, plateau de Monthiers, Lucy le Bocage (29 mai - 4 juin) : pertes : 700 h.

Offensive de l’Aisne : Brumetz, La Grenouillère, St Gengoulph, bois du Châtelet, Beuvardes, Beuvardelle (18-28 juil.).

Flandres belges : Roulers, la Lys, l'Escaut (oct.-11 nov.).

153ème régiment d’infanterie

En 1914, son casernement ou lieu de regroupement est Toul. Il fait partie de la 77e brigade d’infanterie, 39e division d’infanterie, 20e corps d’armée. A la 39e D.I. d’août 1914 à nov. 1918. Constitution en 1914 : 3 bataillons.

 

1914 :

Bataille de Morhange : Château-Salins, Achain (août) - Le Grand Couronné : Crévic, forêt de Crévic, cote 316, Maixe, Drouville.

Course à la mer : Bouchoir, Le Quesnoy, La Chavatte, Fontaine-lès-Cappy (sept.), Hébuterne, Gommecourt (oct.).

Bataille des Flandres en Belgique : Kemmel, cote 75, ferme et moulin de Spanbrocke (nov.), Saint Julien, nord-ouest de Langemarck (fin nov.).

1915 :

Flandres (janv.-avril.) : nord de Zonnebecke puis offensive d’Artois (avril-juil.) : La Targette, Neuville-Saint-Vaast, bois de la Folie : pertes : 2000 h

Artois : le Labyrinthe (juin-juil.) puis bataille de Champagne (sept.-déc.) : Maisons de Champagne, ouvrage de la Défaite.

1916 :

Verdun (fév.-mars) : Froideterre, bois Albin devant Douaumont : pertes : 1200 h.

Ouvrages du Peyron et de Vassincourt, bois Camard, côte 304 (avril) : pertes : 1300 h.

Garde du GQG (avril-mai) puis Somme (juin) : Maricourt puis bataille de la Somme : bois Favière (juil.).

Combat de Maurepas (30/07), Sailly-Saillisel (nov.-déc.)

1917 :

Chemin des Dames (avril) : bois Brouzé, plateau de Madagascar, ferme des Grelines puis Brayes en Laonnois (mai).

Lorraine (juin-nov.) : Nomeny, Clémery, Port sur Seille, Atton, Pont-à-Mousson.

1918 :

Verdun (jan.-mars) : secteur de Mormont.

Flandres : Le Kemmel, La Clytte, ferme du Pompier, Pompier-Cabaret, ferme Butterfly (avril-mai).

Aisne (mai-juin) : Ponts de Condé et de Vailly, Plateau d’Acy, Hartennes, Taux, Villers-Hélon.

Marne (juin-juil.) : cote 204, Vaux, bois de Courteau, Château-Thierry, ferme de Breteuil, Trugny, bois du Barbillon, La Cense à Dieu, ferme Théoderie.

Saint-Mihiel (sept.) : secteur de Gironville, étang de Wargévaux, Montsec, Hattonchâtel.

154ème régiment d’infanterie dit : régiment « Les Caurettes »

En 1914, son casernement ou lieu de regroupement est Lérouville. En 1914, suite à l’avance allemande, le dépôt du régiment est déplacé à Saint Brieuc (22). Il fait partie de la 79e brigade d’infanterie, 40e division d’infanterie, 6e corps d’armée. A la 40e D.I. d’août 1914 à déc.1916 puis à la 165e D.I. jusqu’en nov. 1918. Constitution en 1914 : 3 bataillons.

 

1914 :

Retraite des 3e et 4e Armées : Dommary, Joppécourt, combat de Fillières (22/08) puis retraite : Xivry, forêt de Mangiennes.

Bataille de la Marne : Cierges Montfaucon (2 sept.), bois du Chanet, combat de Deuxnouds, Rembercourt-aux-Pots, Longchamps sur Aire, bois Landlut, Ornes, Maucourt, Gremilly.

Secteur de Saint-Mihiel (sept.-déc.) : Ranzières, La Croix-sur-Meuse, bois de le Sélouze, Lamorville.

1915 :

Opérations en Argonne (jan.-juil.) : Bagatelle, bois de la Gruerie, Saint Hubert puis La Fontaine aux Charmes, Marie Thérèse (juil.-août).

Bataille de Champagne (sept.-déc.) : nord de Saint-Hilaire-le-Grand, épine de Védegrange, voie romaine.

1916 :

Champagne (fév.) : Tahure, secteur de la Brosse à Dent puis bataille de Verdun : Mort-Homme (mars), Cumières, bois des Caurettes (avril-mai puis juin).

Bataille de la Somme : Rancourt, Sailly-Saillisel  (oct.), bois de Saint Pierre Vaast puis Sailly-Saillisel (nov.), Argonne (déc.-janv.) : La Mitte.

Fin 1916, des prémices de fraternisation furent observées entre quelques soldats de toutes premières lignes qui étaient séparées de quelques mètres (frères de tranchées. Max Ferro).

 

1917 :

Aisne : attaque secteur de Berry-au-Bac (avril) : Sapigneul, camp de César, ferme Mauchamps, bois des Consuls, tranchée du Pylone.

Verdun : Bois des Fosses, Bois de Beaumont, fond de Navau (juil. puis août) puis Woëvre (sept.-oct.) : tranchée de Calonne.

Lorraine (nov.-fév.) : secteur de Nomeny.

1918 :

Somme : Nord de Castel, bois de Hangard, Thennes, Hourges (avril–mai).

Oise (juin) : Montiers, crête de Bauchemont, ferme du Bout de Bois, cote 117, Belloy, Bois des Loges (août).

Oise : La Potière, Balny, Catigny, Chevilly, Guiscard, Beines, Mennessis (août-sept.).

155ème régiment d’infanterie

En 1914, son casernement ou lieu de regroupement est Commercy. En 1914, suite à l’avance allemande, le dépôt du régiment est déplacé à Saint Brieuc (22). Il fait partie de la 79e brigade d’infanterie, 40e division d’infanterie, 6e corps d’armée. A la 40e D.I. d’août 1914 à déc.1916 puis à la 165e D.I. jusqu’en nov. 1918. Constitution en 1914 : 3 bataillons.

 

1914 :

Lorraine (août) : Labeuville (17/8), Harville (18/08), Noviant-aux-Prés, Joppécourt, Xivry-Circourt (22/08), Spincourt, Étain.

Des scènes de débandade auraient été observées durant les combats de Joppécourt le 22 août (carnet du soldat MARTIN Maurice).

Pillon, Billy-sous-Mangiennes, Romagne-sous-les-Côtes, ferme de Mautaubé, Cierges, Montfaucon (30/08), Bulainville (06/09), Courcelles-sur-Aire, ferme les Anglecourt (début sept.), Dugny-sur-Meuse (14/09), Vaux-devant-Damloup, fort de Troyon (27/09).

Bataille de la Woëvre et Hauts-de-Meuse : Lacroix-sur-Meuse, Seuzey, bois des Chevaliers  (fin sept.-déc.).

1915 :

Argonne (janv.-juil.) : Vauquois, La Gruerie, Les Bouleaux, Bagatelle puis La Harazée, Saint Hubert, Marie Thérèse (juil.-août).

Champagne (sept.-déc.) : ouest de l’Épine de Védegrange, secteur de Saint-Hilaire-le-Grand.

1916 :

Champagne (fév.) : butte de Souain puis bataille de Verdun : Cumières (avril-mai) nord de Saint-Mihiel : La Tête à Vache (juil.-août).

Bataille de la Somme (oct.-nov.) : Rancourt puis Sailly-Saillisel puis Argonne (déc.-jan.) : Bois de la Gruerie.

1917 :

Aisne : attaque sur Berry-au-Bac, camp de César, Gernicourt, tranchée des Bornes (avril) puis bois des Consuls, Le Choléra (mai).

Verdun (juil.) : fort de Douaumont, ravin des Vignes puis en août : Bois de Beaumont, Beaumont en Verdunois.

Les Éparges (sept.-oct.) puis Lorraine (nov.-mars 1918) : Pompey, Lixières, Griscourt.

1918 :

Somme : bois de Hangard, Hangard (avril–mai) puis bataille de Picardie, Belloy  (début août).

Oise (août) : Candor, Cantigny, combat du bois des Loges, bois Revolver, Conchy-les-Pots, Chevilly, Guiscard, ferme Longuet, bois de la Viéville.

Lorraine (oct.-nov.) : Bratte, Ajoncourt, Chenicourt.

Carnets de guerre de soldats du 155ème régiment d’infanterie :

Notes de campagne d’un soldat du 155e RI.

 

Souvenirs de guerre d’un autre soldat des 106e RI, 155e RI et 7e RAC.

156ème régiment d’infanterie

 

 

Soldats de la 11e compagnie, 3e bataillon du 156ème régiment d'infanterie dont Louis VOILLE

 

1914 :

Bataille de Morhange (fin août) : Saulxures, Drouville (est de Nancy), Juvrecourt, Xanray, le Grand Couronné : Crévic (5/09), bois d’Einville.

Course à la mer (sept.-oct.) : Gruny, Mametz, Fricourt, Monchy au Bois (fin oct.).

Bataille des Flandres en Belgique (nov.-avril 1915) : Messines, Langemarck, Zonnebecke, Frezemberg, Saint Julien (fin oct.).

1915 :

Offensive d’Artois : La Targette, Vimy (avril-mai), Neuville-Saint-Vaast, attaque du carrefour des Cinq-Chemins (juin) : pertes : 1300 h

Bataille de Champagne (août-déc.) : Maisons de Champagne

1916 :

Lorraine (jan.-fév.) : Azerailles puis Verdun (fév.-mars) : Côte du Poivre : pertes : 1200 h.

Côte de Froideterre, ravin de Louvemont puis cote 304 (avril) : pertes : 800 h.

Bataille de la Somme (juin-août) : Maurepas, Maricourt, Montauban puis en nov.-déc. : Sailly-Saillisel .

1917 :

Chemin des Dames, Aisne (janv.-fév.) : Vauxcéré, Barbonval puis offensive (avril) : Moussy, Vendresse, Braye-en-Laonnois, les Grelines.

Lorraine (juin-nov.) : secteur de Pont-à-Mousson.

1918 :

Verdun (jan.-mars) : cote 344 puis Flandres (avril-mai) : Le Kemmel, Le Scherpenberg.

Aisne (mai-juin) : Condé-sur-Aisne, Corcy puis Offensive de l'Aisne (18-28 juil.) : offensive au nord de Château-Thierry.

Secteur de Saint-Mihiel (août-oct.) : Sampigny, Liouville, forêt d’Apremont, bois de Haudronville.

Carnets de guerre de soldats du 156ème régiment d’infanterie :

 

Lire le carnet de guerre du soldat Prosper FRÉMINET au 156ème régiment d’infanterie

157ème régiment d’infanterie

En 1914, son casernement ou lieu de regroupement sont Gap, Barcelonnette, Saint-Vincent et Tournoux. Il fait partie de la 54e puis 89e brigade d’infanterie, 27e puis 44e division d’infanterie, 14e corps d’armée. Constitution en 1914 : 4 bataillons, puis 3 en juin 1916. A la 44e D.I. d’août 1914 à fin sept.1916 puis à la 76e D.I. jusqu’en nov. 1918.

 

1914 :

Garde des Alpes (août) : Haute Ubaye puis opérations d'Alsace : Dannemarie, Aspach, bois de Kaderech (fin août), bois d’Anglemont (26/08), plateau de Ste Barbe, Le Ménil-sur-Belvitte, col de la Chipotte, Raon-l’Etape, combat de Pierre-Percée et de la Halte.

Vers Saint-Mihiel (sept.-nov.) : bois de Raulecourt et de Géréchamp (Xivray), Bouconville, bois de Besombois, étang de Wargévaux.

Nov. : le régiment est divisé en 2 parties : les 2e et 3e bataillons restent à Bouconville jusqu’en jan. 1915.

Bataille des Flandres en Belgique (pour les 1e et 4e bataillons) nov.-déc. : Boezinge, Dickebusch, Saint Eloi, Elverdinghe, Nieuport, La Grande Dune, Villa Crombez .

1915 :

Bois de Besombois puis Woëvre (mars-sept.) : Bois de Mort-Mare, Flirey puis Rambucourt, bois de Besombois.

1916 :

Bataille de Verdun (mars-avril) : Bois de Malancourt, réduit d’Avocourt.

En juin 1916 le 4e bataillon est versé au 210e RI qui passe de 2 à 3 bataillons.

Vosges (juin-nov.) : La Chapelotte, Celles, Moyenmoutier.

Embarquement de Toulon à Salonique sur le Canada et le Lutétia, fin 1916, début 17.

 

1917 :

Albanie (fév.-mars) : Koritsa, Ersek puis la région des lacs (Prespa) puis Grèce (juin-juil.) : Loutraki, Athènes puis Monastir (sept.-avril 1918).

Le 20 janvier 1918, les officiers et hommes de troupe des classes 1898 et 1899 du 38e régiment d’infanterie territoriale intègrent le 157e RI (7 officiers, 50 sous-officiers, 54 caporaux et 210 hommes). Source : historique du 38e RIT.

 

1918 :

Albanie (mai-juin) : Pogradet puis Monastir puis Serbie : Au nord de Monastir (sept.) : le piton Rocheux, Veles, Prilep puis poursuite en Bulgarie.

Carnets de guerre de soldats du 157ème régiment d’infanterie :

Lire le carnet de guerre du soldat GAUDIN au 157e RI

Lire le carnet de guerre du mitrailleur Joseph REPIQUET du 157e RI

158ème régiment d’infanterie

En 1914, son casernement ou lieu de regroupement est Bruyères, Fraize, Corcieux. Il fait partie de la 85e brigade d’infanterie, 43e division d’infanterie, 21e corps d’armée.A la 43e D.I. d’août 1914 à nov. 1918.Constitution en 1914 : 3 bataillons.

 

1914 :

Opérations d'Alsace (fin août), 1e et 2e armées : Saint-Blaise puis la Chipotte (août). La Trouée de Charmes : Ménil-sur-Meurthe.

Champagne : bois Sabot, Souain : (15-21 sept) puis Artois (oct.) : Loos-en-Gohelle, St Auguste, Vermelles, Noulette.

Bataille des Flandres : Hollenbecke, Zonnebecke (nov.).

1915 :

Artois :  Notre Dame de Lorette, Bois en H, Givenchy-en-Gohelle (sept) puis Verdun : JMO du 158e RI.

1916 :

Bataille de Verdun (mars) : Vaux, Damloup, Tavannes. Champagne (avril) : Tahure.

Bataille de la Somme (sept.) : Soyécourt, Vermandovillers (4, 5,6 sept.) 500 tués. Puis Ablaincourt (oct.-déc.).

1917 :

Chemin des Dames (avril), Aisne : La Malmaison (fin oct.)

Fin mai et début juin 1917, le régiment connaît des actes d’indiscipline collective.

 

1918 :

Vosges (janv.-avril) : Bruyère puis Aisne (mai-juin) : Arcy, Branges, Bézu, Bois de Belleau, ferme de Paris.

Champagne (juil.) puis : Perthes, Tahure, côte 193, Orfeuil (août-oct.), ferme du Tremblot.

Carnets de guerre de soldats du 158ème régiment d’infanterie :

Lire les sept carnets de Ferdinand GILLETTE, aspirant du 158e RI, 1500 pages.

 

Lire le carnet de guerre de Jean-Marcel ADAMON, du 158e RI.

159ème régiment d’infanterie alpine

En 1914, son casernement ou lieu de regroupement est Briançon. Il fait partie de la 88e brigade d’infanterie, 44e division d’infanterie. À la 44e D.I. d’août 1914 à fin sept. 1914 puis à la 77e D.I. jusqu’en nov. 1918.Constitution en 1914 : 4 bataillons.

 

1914 :

Garde des Alpes (août) : frontière italienne puis opérations d'Alsace  : secteur d’Altkirch, Wittersdorff (19/08) : Fulleren, Emlingen, Luemschviller, combats de Tagsdorf-Heyviller pertes : 700 hommes.

Vosges : Bruyère, Le Mesnil, Sainte Barbe, Saint-Blaise, (fin août) pertes : 1000 hommes.

Un tamponnement de train fait quelques tués au régiment le 23/08 à St Laurent.

La Chipotte, La Haute Sapinière (sept.), col du Haut Bois, Saint-Benoît, Barrémont, Neuf-Étang, La Poterosse, Senones (mi-sept.), la Forain.

Artois (oct.-déc.) : défense d’Arras : Monchy-le-Preux, Feuchy, Blangy, Sainte Catherine, Maison Blanche (oct.) pertes : 1000 h.

1915 :

Artois (janv.-mai) : Maison Blanche, Berthonval, Neuville-Saint-Vaast puis offensive d'Artois (mai) : boyau 123, Cabaret-Rouge, Givenchy, cote 119. Pertes : 1100 h.

Artois : offensive du 16 juin : bois des Ecouloirs, Souchez, cimetière de Souchez, ouvrage de la Déroute, Carency, Villers-au-Bois (juil.), tranchée Gilbert, Cabaret Rouge, Souchez (août).

Offensive de sept. : Ruisseau de Carency, tranchée de Cologne et de Poisot, Souchez, tranchée de Landsturm, prise de Souchez (26/09), pente de la cote 119.

Artois (oct.-fév. 16) : même secteur.

1916 :

Bataille de Verdun (fév.-mars) : fort de Tavannes, batterie de Damloup, tunnel de Tavannes puis Argonne (mars-mai) : Rupt, Dignières, Les Paroches (4e bat.)

Région de Toul (mai-juin) : Richecourt, Xivray, Marvoisin.

Somme (août) : bois de Boulogne puis Bataille de la Somme : Barleux, cotes 447 et 441, cimetière de Barleux, route Barleux-Berny (4-6 sept.). pertes : 600 h.

Puis secteur de Barleux, Biache, La Maisonnette (oct.-nov.) puis Aisne (déc.), Port-Fontenoy.

1917 :

Aisne : Port Fontenoy (jan.) puis château de Nogent, château de Moyembrie, ferme de L’Argentel, Thébecourt, Coucy-le-Château (fév.-avril) puis Aisne : (avril-mai) : Le Crotoir, la ferme Rouge, ravin Momezière, cote 143, Renault.

En juin 1917, le régiment connaît des actes d’indiscipline collective. 100 mutins du 97e RI se mirent en route vers l’arrière, rejoint par une compagnie du 159e RI. (Mutineries 1917, John Williams).

Le Chemin des Dames (juin-juil.) : Épine de Chevrigny puis Vailly, La Royère puis Alsace (sept.-déc.) : Fulleren.

1918 :

Oise : Lassigny, Le Plémont (28 mars - 1e avril) puis Vosges (mai-juin) : Wesserling.

Champagne : secteur d’Épernay, bois des Châtaigniers, Leuvrigny, Montagne de Reims, bois Saint Euphraise, Bligny (15 juil.-août)  Secteur de Reims (août-sept.) : La Neuvillette, est de Reims.

Flandres : Hooglede, Passage de la Lys.

Carnets de guerre de soldats du 159ème régiment d’infanterie :

Voir l'album de 380 photos du soldat TARDY du 159e RI.

 

Lire le carnet de guerre d'Agricol DARIER, armurier au 159e régiment d'infanterie.

 

Carnet de route de Pierre DUCHEZ du 159ème puis 359ème régiments d’infanterie.

160ème régiment d’infanterie

En 1914, son casernement ou lieu de regroupement est Toul. Il fait partie de la 78e brigade d’infanterie, 39e division d’infanterie, 20e corps d’armée. A la 39e D.I. d’août 1914 à déc. 1916 puis à la 168e D.I. jusqu’en nov. 1918.Constitution en 1914 : 3 bataillons.

 

1914 :

Bataille de Morhange (août) : Vic-sur-Seille, Dalhain, Achain puis Château Salins, Bezange, Manoncourt.

Le Grand Couronné (août-sept.) : bois de Crévic, cote 316, Maixe, La Saline.

Course à la mer en Picardie (sept.-nov.) : Parvillers, Crémery, Fresnoy-lès-Roye, Mametz, Fricourt, La Boisselle.

Bataille des Flandres en Belgique : Voormezele, Saint Eloi : pertes : 700 h., compensées en partie par l'arrivée de 500 soldats provenant du 60e Territorial (source : histo. du 60e RIT).

La Capellerie, ferme Elkof.

1915 :

Flandres Belges (janv.-avril.) : Saint Julien puis offensive d’Artois (mai-juin) : La Targette, Ecoivres, cote 123, pertes : 1000 h.

Neuville-Saint-Vaast, carrefour des Cinq-Chemins, Les Moulins, cote 105.

Champagne (sept.-oct.) : bois d’Herpont, Les Abris, ravin de Marson, Beauséjour fortin de Beauséjour, ravin de Marson, ouvrage de la Défaite.

1916 :

Verdun (fév.-mars) : Froideterre, Louvemont, ferme et ravin de Thiaumont puis Somme (juin) : nord de Suzanne.

Bataille de la Somme : Hardecourt-aux-Bois, Maurepas (juil.) puis Sailly-Saillisel (nov.-déc.).

1917 :

Lorraine (janv.) : forêt de Facq, Port sur Seille puis Chemin des Dames (mai) : Vauxmérons.

Lorraine (juil.-oct.) : Nomeny, pont de Manhoué, Attilloncourt puis Verdun (déc.-avril 17) : Cumières, ruisseau des Forges.

1918 :

Flandres (mai-juin) : Mont des Cats, ouvrage de Blavenland puis Marne (juil.-sept.) : Igny, Cormoyeux, Onrézy, bois des Gd Savarts, cote 101, Thillois puis combat de Maco et de Saint-Thierry (oct.).

161ème régiment d’infanterie dit : « régiment des Portes de Fer »

En 1914, son casernement ou lieu de regroupement est Saint-Mihiel. Il fait partie de la 80e brigade d’infanterie, 40e division d’infanterie, 6e corps d’armée. A la 40e D.I. d’août 1914 à nov. 1918. Constitution en 1914 : 3 bataillons.

 

1914 :

Bois de Mort Marre, Limey, Lironville, puis retraite : Joppécourt, Fillières (fin août), Mercy-le-Haut, Higny, bois de Warphemont, Billy sous Mangiennes, pertes : 1000 hommes

Cuisy, Béthincourt, retraite et prélude à la bataille de la Marne : Cunel, cote 199, Cierges-Montfaucon (2 sept.), Montzéville, Dombasle, Deuxnouds, Beauzée, Rignaucourt, combat du bois Landlut et de ravin de Seraucourt (9 sept.), Bezonvaux, Ornes (17/09).

Bataille de la Woëvre et des Hauts-de-Meuse : La Croix-sur-Meuse (22-24 sept.) puis Maizey, bois de la Selouze, cote 294, cote Sainte Marie (nov.).

1915 :

Argonne (janv.-août) : Bois de la Gruerie, Bagatelle puis Four de Paris, Ravin du Mortier (mai-août).

Bataille de Champagne : nord de Saint-Hilaire-le-Grand, bois 372, bois 400 et 402 (sept.), bois 372 (oct.) : pertes : 1000 h.

1916 :

Wargemoulin, Laval (fév.) puis bataille de Verdun : Mort-Homme (mars), Béthincourt, bois Bouchet (avril), Mort-Homme (juin) secteur de Saint-Mihiel (juin-juil.) : bois d’Ailly.

Vosges (juil.-août).

Bataille de la Somme : ferme de Prietz, les Portes de Fer, tranchée de Teplitz, Sailly-Saillisel (oct.-nov.).

1917 :

 Champagne (janv.-fév.) : Main de Massiges, Ville-sur-Tourbe puis cote 108, Sapigneul (avril).

Verdun : Dugny, fond de Navaux, ravin du Prêtre (août), ouvrage Nassaux (sept.), bois le Prêtre (oct.-fév.18).

1918 :

Lesménils, bois le Prêtre (fév.-mai) puis Marne (juin) : Boujacourt, Champlat, bois des Éclisses, bois de Courmont, bois de Bonval (1/06), nord du bois de Courmont, château de Cuisle.

Champlat (6/06), bois de Courton, ravin de Charnoise, La Neuville, bois de la Cohette, Le Paradis, cote 223, bois du Roy (16/07), bois de Belval, La Poterne.

Aisne (oct.-nov.) : ruisseau de la Fournelle, ferme du Pissois, cote 193, bois de Vandy, Clairefontaine, Ferme Malva puis Vandy, cote 202 puis canal des Ardennes, ferme des Fourrières, Sauville, Chéléry, Cheveuges, Torcy.

Durant le conflit, les pertes (tués, morts suite blessures, disparus) du 161e RI s'élèvent à : 108 officiers, 346 sous-officiers, 4277 hommes de troupe (source : historique).

162ème régiment d’infanterie

En 1914, son casernement ou lieu de regroupement est Verdun. Il fait partie de la 84e brigade d’infanterie, 42e division d’infanterie, 6e corps d’armée. A la 42e D.I. d’août 1914 à déc.1916 puis à la 69e D.I. jusqu’en nov. 1918.Constitution en 1914 : 3 bataillons.

 

1914 :

Pierrepont, bois de Goëmont, combat de Grand-Champ pertes : 700 h.

Château et ferme de Remenoncourt (24 août) puis retraite : Bois de Bulson (27août).

Bataille de la Marne (6 – 13 sept.) : Saint-Prix, Soizy-aux-Bois (pertes : 900 h.) et Villeneuve-lès-Charleville (5-8 sept.), Châlons-sur-Marne, Mourmelon (13/09), Aubérive puis secteur de Reims (sept.-oct.) : La Pompelle.

Bataille des Flandres (nov.-déc.) : Nieuport, cote 60, Zillebecke, Steenstraate. Pertes : 1000 h.

1915 :

Argonne (janv.-juil.) : bois de la Gruerie, La Harazée, Fontaine-Madame (fév.), le Ravin Sec.

Bataille de Champagne : secteur de Saint-Hilaire-le-Grand, attaque de la Butte du Mesnil, bois 372 (25-30 sept.).

1916 Bataille de Verdun : secteur Bras-Louvemont (mars) puis le Mort-Homme (avril), Thiaucourt (mai).

Lorraine (juin-août) forêt de Paroy puis bataille de la Somme (sept.-nov.) : Rancourt, les Portes de Fer puis bois de Saint-Pierre-Vaast.

1917 :

Aisne (janv.-avril) : secteur de Berry-au-Bac.

Aisne : attaque secteur Berry-au-Bac : ferme Mauchamp, Courtine du Choléra, tranchée de Wutzbourg (16 avril), bois du Sous-Marin, pertes : 1100 hommes.

Verdun (juil.-sept.) : Les Chambrettes, ferme des Caurières, bois de Chaume puis Lorraine (janv.-mai) : La Hazelle.

1918 :

Marquéglise, cote 116, ferme Porte, ferme des Loges (9-12 juin), pertes : 1000 h.

Aisne : Mont de Courmelles (juil.), faubourgs de Soissons (août) : Saint-Waast, Saint Médart, plateau de Crouy puis Lorraine (sept.-oct.) : Mousson, Manhoué.

163ème régiment d’infanterie

En 1914, son casernement ou lieu de regroupement est Nice. Il fait partie de la 89e brigade d’infanterie, 44e division d’infanterie. A la 44e D.I. d’août 1914 à fin sept. 1914, puis à la 76e D.I. jusqu’en oct. 1916, puis à la 161e D.I. jusqu’en nov. 1918.Constitution en 1914 : 4 bataillons.

 

1914 :

Opérations d'Alsace (août) : Tagolsteim (19/08), Walheim, bois Kadereck, bois Altenberg, cote 407, Anglemont (25-30/08) pertes : 400 h, Nossoncourt.

Vosges (sept.) : col de la Chipotte, Raon, Celles.

Meuse : Doncières (21/09), combats de Bouconville-sur-Madt (27-2/10) et du bois de Géréchamp (oct.). Secteur de Xivray (oct.-mars 15) sauf les 3e et 4e bataillons qui se déplacent en Belgique pour un mois : Lombartzyde (déc.).

1915 :

Woëvre : Flirey, bois de Mort-Mare (avril-mai) pertes : 1500 h, bois de la Hazelle, bois de Bernicourt, secteur de Flirey (juin-déc.).

1916 :

Bataille de Verdun : Avocourt, Malancourt, bois Camard, Haucourt, redoute N° 3 (mars-avril), pertes : 1600 h.

Vosges (juin-août) : secteur de Saint Jean d’Ormont puis le Violu, la Tête des Faux (août-déc.).

1917 :

Vosges (janv.-juin) : le Violu, la Tête des Faux puis Chemin des Dames (août-oct.) : Cerny en Laonnois, ravin de Troyon, tranchée de Franconie, Vauxaillon (nov.).

1918 :

Secteur de Coucy-le-Château : Fresne (janv.-avril), bois Carré puis Champagne (avril-sept.) : Maisons de Champagne, La Dormoise (fin sept) puis Ardennes : cote 188, signal de Bellevue, ferme des Rosières, Challerange.

 

164ème régiment d’infanterie

En 1914, son casernement ou lieu de regroupement est Verdun, Longwy. Régiment affecté à la défense de la forteresse de Verdun. A la 72e D.I. de juil. 1915 à nov. 1918.Constitution en 1914 : 4 bataillons.

1914 :

Défense de Verdun (août) : Bezonvaux, Damloup, Souville, Romagne, côte de Morimont, Azannes, bois d’Ormont, Étain (fin août).

Bataille de la Marne (5 au 13 sept.), Julvécourt, Souilly, Ippécourt.

Bataille de la Woëvre (oct.) : Pintheville, Riaville, Marchéville puis Verdun (jusque déc.) : l’Herbebois, ferme St André.

1915 :

Secteur d’Ornes (janv.-mars) puis opérations d'avril en Woëvre : Gussainville (fermes du Haut Bois et de l’hôpital), Le Mort-Homme.

Woëvre (oct.-nov.) : Vaux-les-Palameix, bois des Chênots.

1916 :

Bataille de Verdun : bois de Ville, l’Herbebois (fév.).

Bataille de la Somme (juil.) : fortin de Biache Biaches, le bois Blaise puis bois des Loges, Ablaincourt, Le Pressoir (août-déc.)

1917 :

Verdun (janv.-mai) : Vaux-devant-Damloup, fontaine de Tavannes.

Marne (mai-juin) : Mont Haut, La Cage à Poules puis le Casque, le Téton (juil.).

1918 :

Champagne (déc.17-fév.) : Main de Massiges puis le Matz (mai-juin) : Chiry, Ourscamp, Passel, ravin de Belle-Anne, Anthoval, Annel, Janville.

Secteur de Soissons (juil.-août) : Pernant, ravin de Vaux et de Saconin, bois Roger, ferme Canivet.

En juillet, des soldats du 324e RI, dissous, rejoignent le 164e RI.

L’Ailette (sept.-oct.) : ravin de Jouy, plateau de la Colombe, bois des Marraines, fort de la Malmaison, Chevregny, Nouvion, bois de Samoussy, Etrepois.

165ème régiment d’infanterie

En 1914, son casernement ou lieu de regroupement est Verdun, Montmédy. Régiment affecté à la défense de la forteresse de Verdun (forts de la rive gauche de la Meuse). À la 72e D.I. (144e B.I.) de juil. 1915 à mars/avril 1916, puis à la 29e D.I. (57e B.I.) jusqu’en nov. 1918. Constitution en 1914 : 4 bataillons.

 

1914 :

Montmédy (août), Warcq, Rouvres-en-Woëvre, fort de Gernicourt (10e Cie), Verdun (sept.) : Flabas, Consenvoye, Brabant.

Bataille de la Marne (5 au 13 sept.) : Rampont, Julvécourt (6/09), Ville-sur-Cousances.

Verdun (oct.) : Morgemoulin, Fromezey puis Woëvre (nov.) : Secteur de Saint-Mihiel, tranchée de Calonne, Pintheville, Riaville, Les Éparges puis Verdun (nov.-déc.) : Ornes.

1915 :

Secteur de Verdun (janv.-août) : Jumelles d’Ormes, bois de Consenvoye, Béthincourt, Les Éparges, Marchéville (avril) : 3e bataillon.

Verdun (août-sept.) : Mort Homme, bois des Corbeaux et de Cumières, cote 265 puis Woëvre (oct.-nov.) : Riaville, Pintheville, Fresnes.

1916 :

Bataille de Verdun (fév.) : bois d’Haumont, bois des Caures, ferme d’Anglemont, très nombreuses pertes.

Flandres (avril-oct.) : dunes de Nieuport puis Somme (nov.) : Berny-en-Santerre puis Abancourt (déc.).

1917 :

Flandres (janv.-juin) : dunes de Nieuport puis bataille des Flandres (sept.-oct.) : Steenberck puis Nieuport, mer du Nord, Nieuport (nov.-déc.).

1918 :

Somme (avril) : Bois Sénécat, Hangard, ravin de Domart, Hourgues.

Verdun (mai-août) : Damloup, Bezonvaux, Les Chambrettes puis Aisne (sept.-oct.) : Plateau de Laffaux, ravin d’Allemant, mont de Laffaux, les Gobineaux, Vaudesson, les Bruyères.

166ème régiment d’infanterie

En 1914, son casernement ou lieu de regroupement est Verdun, garnisons des forts de Verdun. Régiment affecté à la défense de la forteresse de Verdun. A la 132e D.I. de juil. 1915 à nov. 1918.Constitution en 1914 : 4 bataillons.

.

1914 :

Combat d’Étain (août) puis bataille de la Marne (sept.) : fermes de Sorel et de Naumoncel, ferme de Ville-Forêt.

Bataille de la Woëvre et des Hauts-de-Meuse (jusqu’en déc.) : Beaumont, Haudiomont, Fresnes-en-Woëvre.

1915 :

Woëvre (janv.-oct.) : Côtes de Meuse (fév.), Fresnes (mars), Marchéville, secteur des Éparges, Riaville puis tranchée de Calonne, Mouilly (oct.-déc.).

1916 :

Woëvre (janv.-juin) : Les Eparges, Champlon, bois Bouchot et des Chevaliers      Bataille de la Somme : Bois Etoilé, Lihons, Vermandovillers (juil.–sept.) puis secteur du Quesnoy (sept.-fév.17).

1917 :

Verdun (mars-avril) : Cote 304, Bois d'Avocourt, Le Bec, Les Rieux.

Champagne (mai-juin) : Tahure, Mont Blond, Moronvilliers puis Mont de Champagne, Le Téton, Le Casque (juil.-sept.) puis secteurs de St Hilaire et d’Aubérive (jusque déc.).

1918 :

Champagne (janv.-mai) : St Hilaire et d’Aubérive puis bois du Chien, Le Téton, Mont sans Nom (juil.).

Oise : Quierzy, Manicamp puis Aisne (août-sept.) : bois d’Ablaincourt, Pierremande, forêt de Coucy.

Flandres (oct.-nov.) : La Lys, ferme Pereboon, Deinze.

167ème régiment d’infanterie dit : « Les Loups du Bois Le Prêtre »

En 1914, son casernement ou lieu de regroupement est Toul. Régiment affecté à la défense de la forteresse de Toul. A la 73e D.I. d’août à juin 1915 puis à la 128e DI jusqu’à nov. 1918. Constitution en 1914 : 3 bataillons.

 

1914 :

Août : en garnison dans les forts de Toul puis Royaumeix, ferme des Quatre-Vents et de Neleu, bois brûlé, bois de Cuite, Martincourt.

Woëvre : Hauts-de-Meuse, Mogeville et St Rémi (nov.).

Reprise de l’offensive : Fey-en-Haye, Bois le Prêtre, fontaine du Père Hilarion, Croix des Carmes (déc.).

1915 :

Woëvre (janv.-juin) : boit le Prêtre, fontaine du Père Hilarion, Croix des Carmes, Quart-en-Réserve, Le Mouchoir, le Col de Cygne.

Argonne : (juil.-août), Secteur de St Thomas, La Harazée, les pertes du régiment sont de 1300 hommes.

Bataille de Champagne : Crête de Servon (sept.).

1916 :

Lorraine (jusque juin) : Reillon, Bois Zeppelin puis bataille de Verdun (juil.) : Ravin des Vignes, Ravin du Chapitre, Fleury.

Secteur de Saint-Mihiel : (jusque nov.) : Bois d’Ailly puis Verdun (déc.) : côte du Poivre.

1917 :

Verdun (janv.-mars) : Côtes de Meuse puis Le Chemin des Dames (avril-mai) en Champagne : Moronvilliers, bois du Chien, Le Casque puis le Ferme de Navarin (juil.-août).

Verdun (oct.-déc.) :  Côte du Talou, Samogneux.

En oct. 1917, un bataillon du 417e RI dissous, rejoint le 167e RI.

1918 :

Lorraine (déc.-avril) : Hablainville, Ancerviller, le bois Banal

Marne (juil.) : bois Madame, bois des Juifs puis Morsain, Eury, Vézaponin, Bagneux, Moulin de Laffaux (sept.)

Flandres (sept.-oct.) : Staden, Geite, Zulte, l’Escaut, Audenarde (nov.)

168ème régiment d’infanterie dit : « Les Loups du Bois Le Prêtre »

En 1914, son casernement ou lieu de regroupement est Toul. Régiment affecté à la défense de la forteresse de Toul, fort de Frouard. A la 73e D.I. d’août à juin 1915 puis à la 128e DI jusqu’à nov. 1918. Constitution en 1914 : 3 bataillons.

 

1914 :

Août : en garnison dans les forts de Toul.

Manonville, bois de la Rape (6 sept.), château de Tramblois, bois de Velaines, Champenoux, Mamey, bois de la Lampe, forêt de Puvenelle (25/09), Bois le Prêtre, Auberge Saint Pierre, Fontaine-aux-Cerfs, tranchée de Fay (sept-déc.).

Bois de Mort-Mare (2ème Bt) : décembre.

1915 :

Woëvre (janv.-juin) : bois le Prêtre, Croix des Carmes, tranchée de Fay, Quart en Réserve, ligne des « A ».

Argonne : bois de la Gruerie (juil.-sept.), Secteur de Saint Thomas, La Harazée puis bataille de Champagne : Servon (sept.).

1916 :

Lorraine (jusque juin) : Reillon, Blémerey, La Vézouze puis bataille de Verdun : ravin de Froideterre, Fleury (juin juil.).

Saint-Mihiel (juil.-déc) : forêt d’Apremont, bois d’Ailly puis Verdun (déc.) : Louvemont.

1917 :

Le Chemin des Dames (avril-mai) en Champagne : Mont sans Nom, Vaudésincourt puis Souain (juil.-août).

Verdun : Caurrières, ravin du Bazil, Samogneux, Les Chambrettes (oct. – nov.), les Fonds des Caures (25 nov.).

En oct. 1917, un bataillon du 417e RI dissous, rejoint le 168e RI.

1918 :

Lorraine (déc. 17-avril) : Badonviller puis Marne (15-31 juil.), Moulin de Laffaux, bois de Cresnes, Faverolles, Vouty, Violaine.

Soissons (août) : Chevillecourt, Morsain, Vézaponin, Montécouvé.

Flandres (sept.-nov.) Langemarck, Staden, Izegem, La Lys.

Carnets de guerre de soldats du 168ème régiment d’infanterie :

Lire le carnet de guerre de l’aspirant Maurice MALLERON, du 168e RI

 

Lire les carnets de guerre de Joseph RAIDL du 168e régiment d’infanterie

169ème régiment d’infanterie  dit : « régiment des Loups»

En 1914, son casernement ou lieu de regroupement est Toul, Bourlemont, Pont Saint-Vincent. Régiment affecté à la défense de la forteresse de Toul. A la 73e D.I. d’août à juin 1915 puis à la 128e DI (256e brigade) jusqu’à nov. 1918. Constitution en 1914 : 3 bataillons.

 

1914 :

Victoires de Lorraine : Sainte-Geneviève, Forêt de Champenoux (fin août début sept).

Bataille de la Woëvre et des Hauts-de-Meuse : Hauts-de-Meuse (6 nov.), Maucourt-sur-Orne (7 nov.), Mogeville et Saint-Rémi (8 nov.), reprise de l’offensive : Bois le Prêtre (7-15 déc.).

1915 :

Woëvre (janv.-juin) : bois le Prêtre, Croix des Carmes, tranchée de Fay, Quart-en-Réserve.

Argonne : bois de la Gruerie (juil.-sept.), secteur de Saint Thomas, La Harazée puis bataille de Champagne : Binarville, bois Beaurin (sept.) puis offensives de Woëvre : Fey-en-Haye (avril).

1916 :

Lorraine (jusque juin) : Emberménil puis bataille de Verdun (juil.) : Vaux Chapitre, Souville, Chapelle Sainte-Fine.

1917 :

Le Chemin des Dames (avril-mai) en Champagne : Mont-sans-Nom.

Verdun : Les Chambrettes (août), Les Fond des Caures (nov.), Samogneux.

1918 :

 Lorraine (déc. 17-avril) : Badonviller puis Marne (mai-juil.), ferme Saint Paul, Corcy, Louatre, les Brussettes

Soissons (août) : Autrêches, Morsain, fermes Saint Léger et Mareuil, Montécouvé

Moulin de Laffaux (sept.) puis Flandres : Staden, La Lys, Nokere, Audenarde.

Carnets de guerre de soldats du 169ème régiment d’infanterie :

Lire les souvenirs de guerre de Charles HOMAND, mitrailleur du 169e régiment d’infanterie

170ème régiment d’infanterie

En 1914, son casernement ou lieu de regroupement est Épinal. Régiment affecté à la défense de la forteresse d’Épinal. A la 48e D.I. de fév. 1915 à déc.1916 puis à la 167e D.I. jusqu’en nov. 1918. Composition 4 bataillons, puis 2 (les 2 autres rejoignent le 174e RI en fév.1915).

 

1914 :

Défenses mobiles de la forteresse d’Épinal (août) puis Lorraine (sept.-oct.) Rambervillers, bois d’Anglemont, combat des crêtes Reherrey et Monfigny (24/09), Cirey-sur-Vézouze.

Aisne (nov.) : est de Soissons, Vénizel, Haute Braye.

1915 :

2 bataillons sur quatre rejoignent le 174e RI en fév.1915.

Secteur de Soissons (jan.) : Sacy, Vic-sur-Aisne.

Champagne : Mesnil-lès-Hurlus, cote 196 (mars), Bois Jaune Brûlé, cote 192 puis Les Éparges, tranchée de Calonne (avril-mai).

Artois (mai-juil.) : Notre Dame de Lorette, ravin de Buval, fosse Calonne, Angres.

Aisne (août-sept.) : Vingré puis Champagne (sept.-nov.) : ferme de Navarin, tranchée des Vandales, gare de Somme-Py, ferme des Wacques.

1916 :

Bataille de Verdun : Vaux-devant-Damloup, ravin de Souville (fév.-mars), Bois de la Caillette, ferme Thiaumont (avril).

Champagne (juin) : La Pompelle, ferme d’Alger.

Bataille de la Somme : ferme de Monacu, bois Gâchette, bois Crochu, Cléry (juil.-août) puis Cléry-sur-Somme, bois des Berlingots (sept.).

Lorraine (sept.-jan.) : Xon, forêt de Facq, Lesménils.

1917 :

Aisne (mai) : Berméricourt, champ du Seigneur puis Aisne (avril) : moulin de Loivre, bois de Séchamp.

 En juin 1917, le régiment connaît des actes d’indiscipline collective.

« Je te dirais qu’ici tous mes camarades, c’est à dire ceux qui sont dans mon régiment, le 363e, ainsi que, le 23ème, le 133ème, le 229ème, le 170ème, ainsi que plusieurs autres, ont refusé de monter à l’attaque ; C’est la grève »… (Source : lettre d’un poilu du datée du 2 juin 1917).

Nord de Reims (juin-juil.) : les Cavaliers de Courcy, Reims, Cernay, Bétheny.

Chemin des Dames (sept.-oct.) : Aizy, Jouy, La Malmaison puis Vosges (déc.-mai 18) : le Linge, la Tête de Faux, col du Bonhomme.

1918 :

Aisne (juin) : Prémont, Hautevesnes, attaque du bois du Croissant (juin).

Bataille de la Marne (juil.) ferme de Licy-Clignon, cote 149, moulin de Bussiares, Monthiers, Buire, Epaux, Autrecourt.

Champagne (août-oct.) : bois Sabot, bois Spandau, bois Sabot, cote 193, Clairière des Odalisques, bois Spandau, bois de l’Agneau, croupe d’Orfeuil puis attaques de la Hundling-Stellung : Perthes, Banogne, ferme Russelois, Seraincourt (nov.).

171ème régiment d’infanterie

En 1914, son casernement ou lieu de regroupement est Belfort, son dépôt sera déplacé durant la guerre à Gannat (63). Régiment affecté à la défense de la forteresse de Belfort.

A la 127e D.I. de juin. 1915 à jan. 1917 puis à la 166e D.I. jusqu’en nov. 1918. Constitution en 1914 : 3 bataillons.

 

1914 :

Opérations d'Alsace  (août- sept.) : Mulhouse, Montreux-Vieux, Thann, Pont d’Aspach, Michelbach.

Secteur de Saint-Mihiel (oct.-fév.1915) : forêt d’Apremont, bois d’Ailly, Tête à Vache, bois Brûlé, La Louvière.

1915 :

Lorraine : ferme du Chamois puis secteur de Saint-Mihiel : bois d’Ailly (mai) puis Badonviller, bois des Chevaliers (juil.-août).

Bataille de Champagne (sept-oct.) : Ferme de Navarin, secteur de Souain (25-30 sept.), butte de Souain puis ferme de Navarin (déc.).

1916 :

Champagne (jan.-juin) : ferme de Navarin, ferme des Wacques.

Bataille de Verdun : Le Chênois, Bois la Laufée, Batterie de Damloup (juin).

Soissons (août) : Pernant.

Somme (sept.) : ferme du bois Labbé, Bouchavesnes.

1917 :

Aisne (jan.-mars) : Soupir puis le Chemin des Dames (avril) : Ostel puis Épine de Chevrigny (mai-juin).

Vosges (jusque déc.) : St Dié, col du Bonhomme.

1918 :

Picardie : Bois de Mongival, Thory, Sourdon (mars-avril).

Lorraine (mai-juin) : Vého.

Attaque entre Somme et Oise (août) : Cantigny.

La Bataille de Picardie (août-sept.) : Courtemanche, ferme Forestel, Fignières, ferme de la Panneterie, bois de l’Hôpital, ferme Montalimont puis bataille de St Quentin (oct.).

Carnets de guerre de soldats du 171ème régiment d’infanterie :

Carnet de route de Paul MADEUX, caporal aux 171e, puis 151e régiments d’infanterie

 

Correspondance de Nicolas THEUREAU, soldat aux 10e, 171e et 56e régiments d’infanterie

 

Carnet de route de René PIERROT, médecin-auxiliaire au 3e bataillon du 171e régiment d’infanterie

 

172ème régiment d’infanterie

En 1914, son casernement ou lieu de regroupement est Belfort. Régiment affecté à la défense de la forteresse de Belfort. A la 127e D.I. de juin 1915 à nov. 1918.

Constitution en 1914 : 3 bataillons.

 

1914 :

Opérations d'Alsace : Mulhouse, plateau de Rixheim, Thann, Altkirch (août)

Nota : Une compagnie du 172e régiment d’infanterie était détachée au fort de Servance en 1914 et 1915.

Secteur de Saint-Mihiel (oct.-fév.1915) : forêt d’Apremont, bois d’Ailly puis Vosges (3e bat.) : Burnhaupt, Carspach.

1915 :

Lorraine : Vého, Reillon puis secteur de Saint-Mihiel : forêt d’Apremont (mai-juin) puis bois des Chevaliers (juil.-août).

Bataille de Champagne (sept.-déc.) : Ferme de Navarin, Butte de Souain, tranchée de Lubeck.

1916 :

Champagne (jan.-juin) : butte de Souain.

Bataille de Verdun : Bois Fumin, Bois la Laufée, Batterie de Damloup, Souville  (juin), ferme du Cabaret (juil.).

Soissons (août) : Saint- Vaast.

Somme (sept.) : ferme du bois Labbé, Bouchavesnes, bois de l’Aiguille (août), Bouchavesnes (sept.-déc.).

1917 :

Soissons (mars) : distillerie de Soissons, St Vaast, Crouy, position du Pont Rouge.

Chemin des Dames (avril) : plateau de la Bovette, Soupir, ferme de la Cour Soupir, tranchée des Hessois, bois de la Goutte d’Or, ravin de la Pierre d’Ostel  (16 avril à mai). Saillant des Bovettes (juin-juil.)

En juin 1917, le régiment connaît des actes d’indiscipline collective.

Vosges (jusque déc.) : Saint Dié, Le Violu.

1918 :

Vosges (début 18) puis Picardie (mars-avril) : Coullemelle, Esclainvillers, bois Allongé, bois de Mongival, bois Ferme, ravin d’Ainval.

La Bataille de Picardie (août) : Grand Rozoy (01/08), Braine, Vic-sur-Aisne (20/08), plateaux de Nouvron, de Bieuxy et de Juvigny (21-27 août).

À l’est de Soissons (sept.-oct.) : Auberge de l’Ange Gardien, Sancy.

Carnets de guerre de soldats du 172ème régiment d’infanterie :

Lire le carnet de guerre d’André MEYER caporal au 43ème régiment d’infanterie.

173ème régiment d’infanterie 

En 1914, son casernement ou lieu de regroupement est Bastia, Bonifacio, Sartène, Corte, Ajaccio, Calvi. A la 30e D.I. d‘août 1914 à jan. 1915 puis à la 126e D.I. de juin 1915 à nov. 1918. Constitution en 1914 : 4 bataillons.

 

Historique complet du 173e RI.

Carnets de guerre de soldats du 173ème régiment d’infanterie :

Suivre le parcours d’un soldat du 173e RI grâce à son carnet de campagne publié sur mon site

 

 

En août 1914, l'infanterie de l'armée française d'active compte 173 régiments d'infanterie

les régiments suivants furent donc créés à partir de 1915 :

174ème régiment d’infanterie

Rassemblement en février 1915 à Retheuil (Aisne). Il est constitué à partir de 2 bataillons du 170e RI et d’un bataillon de marche du 21e RI. Il fait partie de la 95e brigade d’infanterie, 48e division d’infanterie (nouvellement créée). À la 48e D.I. de fév. 1915 à déc. 1916 puis à la 167e D.I. jusqu’en nov. 1918. Constitution : 3 bataillons.

 

1915 :

Champagne (mars) : Mesnil-lès-Hurlus, cote 196, bois Jaune Brûlé puis Les Éparges (mai).

Artois (mai-juin) : Notre Dame de Lorette puis Angres, Aix Noulette, tranchée des Saules (juin-juil.).

Aisne (sept.) : Vingré, Confrécourt puis Champagne (sept.) : ferme de Navarin puis Souain (nov.).

1916 :

Bataille de Verdun : bois Feuilla, Eix, Douaumont (fév.-mars) puis Fleury-sous-Douaumont (avril-mai) puis secteur de Reims (juin).

Bataille de la Somme (juil.- août) : Cléry, ferme Monacu, bois Madame.

Lorraine (sept.-déc.) : Nomeny, est de Pont-à-Mousson.

1917 :

Lunéville, Nancy puis Aisne (avril-mai) : Le Godat, bois de Séchamp

En mai puis juin 1917, le régiment connaît des actes d’indiscipline collective. Ceux du 12 mai sont en partie relatés sur le carnet de guerre de René BRISSARD.

Courcy, Bétheny (juin-août), Nanteuil-la-Fosse (oct.) puis Vosges (déc.), Metzeral, col du Bonhomme

1918 :

Vosges (jan.-mai) : Metzeral, col du Bonhomme puis offensive de l’Aisne (juil.) : bois de Givry, Fère-en-Tardenois

Champagne (août-sept.) : trou Bricot, ferme des Wacques, butte de Souain, bois Guillaume puis bois des Corbeaux, ferme de Médéah, crête d’Orfeuil (oct.)

Ardennes : Le Thour, combat de Banogne-Recouvrance (oct.).

Carnets de guerre de soldats du 174ème régiment d’infanterie :

Lire la cinquantaine de lettres d’Alexandre MERCERON, soldat et mitrailleur aux 21e, 32e, 174e et 255e régiments d’infanterie

175ème régiment d’infanterie

Formation en 1915 : Marseille, Grenoble, Saintes, Riom. A la 17e D.I.C de fév. 1915 à oct. 1915 puis à la 156e D.I. jusqu’en nov. 1918. Constitution : 3 bataillons.

 

1915 :

Dardanelles (avril-sept.) : secteur de l’Aqueduc, bataille de Krithia, (mai, juin), Kérévés Déré (juil.), presqu’île de Gallipoli.

Rembarquement pour Salonique fin sept.

Serbie : Rabrovo, Tatarli, Mesmely, Dovol, Ormanli puis frontière grecque (déc.).

1916 :

Grèce : camp de Salonique (janv.-avril) puis frontière Serbe : Kalinova (mai-juil.) puis Macédoine (sept.) : Le Subrec, Petorak, La Cerna, cote 1050 (déc.).

1917 :

Monastir (jan.-juil.) : Brousnik puis Le Devoli (sept.-nov.) : Léonica, Bukliota, Serava, piton Chevelu, piton de la Balise, piton Sherlock.

1918 :

Régions de Presba (jan.-août) puis Serbie (sept.) : nord de Monastir, Mogila, Berancy, Ivanovce, Karbunica, Vranestica.

1919 :

Campagne de Crimée (Russie) – Combats contre les Russes jusqu’en avril 1919.

Pour info, le régiment combat donc en Russie début 1919 contre les « Bolcheviques ». Certains soldats assistent aux mutineries des marins français à Sébastopol ( Voir les écrits de Roger MARCOUIRE, ci-dessous).

Carnets de guerre de soldats du 175ème régiment d’infanterie :

Lire le carnet de guerre de Roger MACOUIRE, soldat au 175e RI (1917 – oct. 1918) et au 176e RI (fin 1918-1919).

 

Suivre un soldat du 175e RI, pierre BEAU, d'après son journal de campagne publiée sur mon site.

 

Lire le carnet de guerre et les poèmes d’Auguste GALLAND, soldat dans ce régiment.

176ème régiment d’infanterie

Création en 1915, casernement : Salon-de-Provence. Soldats venant principalement des dépôts de Rouen, Pau et Montpellier. À la 156 D.I. de mars 1915 à nov. 1918. Constitution en 1914 : 3 bataillons.

 

Le régiment embarque sur les navires « France », « Lotus », « Polynésien », « Havraise », « Djemnah » et « Savoie » entre le 8 et 15 mai 1915.

De la même brigade (311e renommée 3e brigade d’Orient), le 2ème régiment de marche d’Afrique, les bataillons des 1e, 2e et 4e Zouaves embarquent sur le « Provence » et le « Lorraine » le 12 mai.

1915 :

Dardanelles : Sedd-Ul-Bahr (débarquement le 15 mai), ferme Zimmerman (30 juin –12 juil.).

Rembarquement pour Salonique le 30 sept. à bord des navires « Djemmeh » « Maghred », « l’Australien », « La Gaule ».

Retraite de Salonique (oct. déc.)   .

1916 :

Front de Grèce (janv. mars) puis front d'Orient : Cugunci (juil.), Lyumnica (août), Verria, Komano, Iokari (sept.), lac de Prespa (fin 1916).

1917 :

Front d'Orient : lac de Prespa (janv. août) puis Albanie : Pogradec, lac Ochrida (nov.), piton Chevelu, piton Sherlock.

1918 :

Prespa (janv. août), Serbie : Au nord de Monastir (sept.).

1919 : 

Campagne de Crimée (Russie) – Combats contre les Russes jusqu’en avril 1919.

La grippe tue quelques centaines de soldats du régiment en oct. 1918. Pour info, le régiment combat ensuite en Russie début 1919 contre les « Bolcheviques ». Certains soldats assistent aux mutineries des marins français à Sébastopol (Voir les écrits de Roger MARCOUIRE, ci-dessous).

Carnets de guerre de soldats du 176ème régiment d’infanterie :

Lire le carnet de guerre de Pierre BEAU, soldat de ce régiment

 

Lire le carnet de guerre d’Alfred MICARD, soldat de ce régiment

 

Lire le carnet de guerre de Roger MACOUIRE, soldat au 175e RI (1917 – oct. 1918) et au 176e RI (fin 1918-1919).

 

  

 Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image002

 

Vers les régiments d’infanterie N° :

 

 1 à 50 -- 51 à 100 -- 101 à 149 -- 150 à 200 -- 201 à 250 -- 251 à 300 -- 301 à 400 -- 401 à 418

 

Essayer de retrouver une photo d’un ancêtre soldat

 

Retour accueil général du site